Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

chocolat2Les minéraux sont des substances minérales présentes dans l'alimentation. Très utiles à l'organisme, ils serviront à la construction de notre organisme (os, dent, cheveux, tissus cellulaires,...) ainsi qu'à son fonctionnenment (enzymes, hormones, neurotransmetteurs,...).

 

 

Idées principales

  • Les minéraux et oligo-éléments sont des substances minérales se présentant en faible quantité dans le corps.

  • Ils ne sont pas tous synthétisés par l’organisme (minéraux essentiels), et pourtant ils jouent de nombreux rôles dans les tissus de l’organisme (os, contraction musculaire,…).

  • Des apports journaliers et des apports nutritionnels conseillés sont donnés à titre d’indication et sont des valeurs couvrant 97,5% des besoins de la population. L’idéal est de ne pas trop s’en éloigner (risques de carences, de déficits ou d’excès).

  • De nombreuses recommandations sont données par les autorités sur le plan nutritionnel, mais il s’avère qu'un grand nombre de personnes ne les suivent pas, d’où un risque de déficit en certains minéraux et oligo-éléments

  • La supplémentation en minéraux et oligo-éléments ne remplace pas une alimentation saine et équilibrée, mais aide le consommateur à combler ses déficits en tel ou tel minéral.

 

  1. Définition générale

  2. Importance pour la santé : fonctions dans l’organisme

  3. Besoins nutritionnels et apports nutritionnels recommandés

  4. Apports alimentaires et quantités associées

  5. Comportement des français sur le plan nutritionnel

  6. La supplémentation en minéraux et oligo-éléments

 

Définition générale (1) (2) (3) (6)


Les minéraux et oligo-éléments : substances minérales naturellement formées présentes en très faibles quantités (représentant moins de 0.01% du poids du corps pour les minéraux et 0,001% pour les oligo-éléments).
On distingue : (2)

Ces éléments entrent dans la composition de tous les tissus du corps, comme les os, les dents, les ongles mais aussi le sang et les muscles. Ils se présentent sous la forme de sels (chlorure de sodium, phosphate de calcium,…) ou encore sous forme d’ions (chlore, fer, potassium,…).

Les oligo-éléments sont dits essentiels lorsque leur absence entraîne l'altération d'une ou plusieurs fonctions de l'organisme. Les principaux oligo-éléments essentiels sont : L’iode, le fer, le cuivre, le zinc, le sélénium, le chrome et le molybdène.

L’absorption des minéraux et oligo-éléments se fait lors de la digestion des nutriments ingérés. Celle-ci reste complexe de par la diversité de leurs formes d’apports. Le transport se fait de manière active par l’intermédiaire d’une protéine vectrice, ou de manière passive à travers les parois de l’intestin grêle.

Le stockage des minéraux et oligo-éléments se fait dans de nombreuses parties de l’organisme, mais le foie en est la principale réserve. Certains organes comme la peau, les reins, les poumons ou le foie peuvent excréter des oligo-éléments comme le cuivre, le fer ou encore le chrome.

 

Importance pour la santé : fonctions dans l’organisme(1) (2) (3) (7)


Les minéraux et oligo-éléments, bien qu’en quantités limitées mais constantes dans l’organisme, ont des rôles importants à jouer au sein de celui-ci. Les minéraux sont essentiels pour de nombreux tissus :

  • Le calcium étant le minéral le plus abondant du corps humain, il assure une des fonctions principales : la formation des os et des dents. Il participe également à la coagulation sanguine, à la contraction musculaire, à la conduction nerveuse et à la libération d’hormones.
  • Le magnésium, également abondant, va agir sur le tissu osseux, cardiaque, nerveux et musculaire mais également sur le métabolisme lipidique et glucidique.

Les oligo-éléments ont également leur rôle à jouer dans l’organisme :

  • Le fer joue un rôle majeur dans la formation des globules rouges et notamment dans l’hémoglobine.
  • L’iode est impliqué dans la synthèse des hormones thyroïdiennes participant entre autres au développement du cerveau, notamment chez le fœtus et le nouveau-né.

Les carences (à distinguer du déficit d’apport), sont peu nombreuses dans les pays développés comme la France. On parlera de carence si les apports en un élément, sont insuffisants et surtout si cela a pour conséquence l’apparition de manifestations cliniques (pathologies carentielles).

Le déficit d’apport, beaucoup plus courant, correspond quant à lui à des apports inférieurs à 2/3 des ANC et expose le groupe de population correspondant à un risque de carence. Si ce déficit devient chronique, la population concernée pourra, à court terme, présenter des pathologies non carentielles.

Les carences en minéraux et oligo-éléments sont peu nombreuses dans les pays développés comme la France. On distingue cependant quelques groupes à risques comme les femmes enceintes, les personnes âgées, les enfants et adolescents et les personnes soumises à des régimes déséquilibrés.

Les symptômes de carence en minéraux et oligo-éléments diffèrent légèrement d’un composé à l’autre, mais souvent l’un ne va pas sans l’autre.

En effet, un manque important de magnésium entraîne de nombreux désordres, dont une hypocalcémie (déficit en calcium) pouvant provoquer des convulsions.

La carence en chrome se manifeste par un désordre au niveau du métabolisme des lipides et des glucides en favorisant une hyperglycémie, une hyperlipidémie ainsi qu’une hyper insulinémie.

La carence en fer se traduit par un terme bien connu : l’anémie, qui s’accompagne d’une baisse de la capacité physique et intellectuelle, d’une diminution de la résistance aux infections et de risques létaux pour le fœtus.

 

Besoins nutritionnels et apports nutritionnels recommandés(4) (6) (7)


De nombreux produits possèdent sur leurs emballages un étiquetage nutritionnel. Les informations apportées aux consommateurs sont alors : les nutriments contenus dans le produit (lipides, protides, glucides), leur quantité, les calories associées et les AJR de certains nutriments (vitamines et minéraux notamment). Mais que représentent ces fameux AJR ? Qu’est ce qui les distingue des ANC ? Des besoins ?

 

Le besoin nutritionnel :

Le besoin nutritionnel concerne un individu en particulier. Les besoins sont donc définis par nutriment et comme "des quantités nécessaires à l’individu pour assurer son entretien ainsi que le fonctionnement métabolique et physiologique, dans des conditions liées à son activité physique, sa thermorégulation et ses activités complémentaires". Ces besoins sont définis dans une période de la vie comme la grossesse, la croissance ou encore l’allaitement.

 

Les AJR, Apports Journaliers Recommandés :

Les Apports journaliers Recommandés sont définis comme des valeurs moyennes, règlementaires, uniques, établies pour l’ensemble de la population française. Souvent apposées sur les étiquetages des produits, elles permettent au consommateur de connaître la part de nutriments apportés par le produit par rapport aux quantités qu’il devrait consommer par jour. Les AJR sont des valeurs uniques pour chaque nutriment qui ne prennent pas en compte les différences liées à l’âge et au sexe. A titre d’exemple, l’AJR pour le calcium est de 800mg par jour.

Les AJR pour les minéraux peuvent être définis de la manière suivante :

Tableau des AJR pour les minéraux

 

Les ANC, Apports Nutritionnels Conseillés :

Les Apports Nutritionnels Conseillés se définissent comme des valeurs de références moyennes mesurées à partir d’un groupe d’individus définis selon leur sexe, leur âge ainsi que leur condition physique. L’ANC est un besoin moyen standard. Les ANC permettent de couvrir, avec une marge de sécurité, les besoins de près de 97,5% des individus en bonne santé. A titre d’exemple l’ANC du calcium pour une femme de 35 ans est de 900 mg par jour. Il est de 700 mg pour un enfant de 6 ans, et de 1200 mg pour une personne de plus de 75 ans.

Tableau des Apports Nutritionnels Conseillés en minéraux

Si les apports sont inférieurs aux 2/3 des ANC, on parle de déficit d’apport, qui peut conduire à un risque de carence si les apports ne sont pas améliorés. A court terme, un risque de pathologie peut survenir : déficit chronique en certains minéraux et oligo-éléments pouvant entraîner l’apparition de certaines maladies. (DLMA, Alzheimer, athérosclérose).

 

Apports alimentaires et quantités associées (5) (7)


Les minéraux et les oligo-éléments sont présents dans de nombreux constituants en quantité variable :

  • Le calcium bien connu pour être contenu dans les produits laitiers (fromages, yaourts et lait).
  • Le magnésium présent dans le chocolat noir, le riz ou les amandes.
  • Le potassium, dans les bananes, le fer dans les lentilles et le jaune d’œuf, l’iode dans le poisson et les crustacés…

Cependant, tous ces aliments ne possèdent ni les mêmes quantités ni les mêmes minéraux. C’est pourquoi il convient de bien se renseigner sur la teneur en minéraux de chacun. La table Ciqual élaborée par l’Afssa permet de faire la corrélation entre l’aliment et la quantité de minéral qu'il contient.

Pourcentages des minéraux par aliment

Dans l’optique d’améliorer notre mode d’alimentation, le Ministère de la Santé a mis en place, avec la participation de tous les Ministères et institutions concernés, un Programme National de Nutrition-Santé (PNNS). Il a pour objectif d’améliorer la santé des Français, en corrigeant leurs mauvaises habitudes alimentaires et en privilégiant l'activité physique. Des recommandations et alertes sont données quant à la consommation de plats trop riches en graisse, en sucre ou en sel. La prise quotidienne de 5 fruits et légumes, ou encore la consommation de poissons de deux fois par semaine font partie des recommandations mises en avant par de nombreuses campagnes publicitaires (télévisées, journaux).

Cependant, la réalité est toute autre et réussir à concilier vie active et conseils nutritionnels n’est pas chose évidente. De plus, une étude française a montré qu’avec le niveau des apports caloriques actuels (1800 à 2000 Calories pour les femmes et 2000 à 2200 Calories pour les hommes), il n’était pas possible d’atteindre 80% des apports journaliers recommandés (8) .Une étude hollandaise conclue également que la variété seule ne permettrait pas des apports nutritionnels adéquats et qu’il faudrait en réalité consommer plus de calories pour couvrir les besoins en vitamines et minéraux. Ceci ne peut toutefois constituer une recommandation envisageable (risques d’obésité, de maladies cardiaques,…) (9)

 

Comportements alimentaires et nutritionnels des Français


La nutrition est un facteur déterminant de l’état de santé d’une population. C’est pourquoi il est indispensable de connaître son comportement nutritionnel afin d’adapter au mieux les politiques de prévention et d’accompagnement.

Comportement nutritionnel des français

Comportement nutritionnel pour les minéraux

 

Globalement, les enquêtes alimentaires attirent l’attention sur le fait que les apports alimentaires en certains minéraux ne suffisent pas, pour de larges fractions de la population, à atteindre les apports nutritionnels conseillés (ANC). Beaucoup se situent 2/3 en-dessous de ceux-ci. Même si cela ne préjuge pas d’éventuels états de carences ou de graves déficits, la supplémentation par les compléments alimentaires peut s’avérer utile pour compléter un régime alimentaire qui ne couvrirait pas suffisamment les besoins. En effet, les compléments alimentaires sont définis par la directive 2002/46/CE du Parlement européen, transposée par le décret du 20 mars 2006 comme « des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal, commercialisés sous forme de doses destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité, constituent une source concentrée de nutriments ou d'autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combiné.». Les compléments alimentaires apportent les minéraux manquants tout en respectant les limites de sécurité établies pour chaque élément par les organismes d’Etat en prenant en compte les autre sources d’apports nutritionnels (alimentaires et compléments).

La supplémentation en minéraux et oligo-éléments

La supplémentation par les compléments alimentaires apporte des réels avantages aux consommateurs. De nombreuses études le prouvent :

Supplémentation en minéraux

 

 

Conclusion

Il apparaît donc, au vue de ces études, que seule une alimentation variée assure un bon équilibre nutritionnel, mais que même cette dernière présente des limites . Déficits en certains minéraux et difficultés à suivre les conseils nutritionnels ne sont pas des phénomènes rares. Les compléments alimentaires peuvent présenter un intérêt particulier, dans la mesure où ceux-ci sont consommés d’une manière intelligente et qu’ils ne remplacent pas un traitement médicamenteux quelconque.

Bibliographie