Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

mangue2Les vitamines sont des substances organiques très utiles à l'organisme. Présentes dans l'alimentation, elles ne sont, pour la plupart, pas stockées par l'organisme.

Elles réalisent différentes fonctions dans l'organisme, de la vision à la stabilisation des membranes en passant par la formation des neurotransmetteurs.

 

 

Idées principales:

  • Il existe 13 vitamines essentielles hydrosolubles ou liposolubles : A et Béta carotène, B, C ,D ,E ,K, impliquées dans de nombreuses fonctions de l'organisme (vision, peau, système immunitaire, absorption d'autres nutriments…).

  • Les apports journaliers et les apports nutritionnels conseillés sont donnés à titre indicatif et représentent des valeurs quantitatives permettant de couvrir 97,5% des besoins de la population. L'idéal est de ne pas trop s'en éloigner (risques de carences, de déficits ou d'excès).

  • De nombreuses recommandations sont données par les autorités sur le plan nutritionnel, mais il s'avère qu'un grand nombre de personnes ne les suivent pas, d'où le risque de voir apparaître des déficits.

  • La supplémentation en vitamines ne remplace pas une alimentation saine et équilibrée, mais aide le consommateur à combler ses déficits en telle ou telle vitamine.

 

  1. Définition générale
  2. Importance pour la santé : fonctions dans l'organisme
  3. Besoins nutritionnels et apports nutritionnels recommandés 
  4. Apports alimentaires et quantités associées
  5. Comportement des français sur le plan nutritionnel : Etudes
  6. La supplémentation en vitamines
  7. Conclusion

 

Définition générale (2)

Les vitamines : sont des substances organiques découvertes en 1912 par le biochimiste Kazimierz Funk, sans valeur énergétique propre, à faible poids moléculaire et qui sont indispensables à l'organisme. Ce dernier ne sait pas les synthétiser, ou alors en petites quantités seulement (vitamine K, D, B12, B8). Elles doivent donc être fournies par l'alimentation. Une fois absorbées et utilisées par l'organisme, elles sont éliminées par voie urinaire ou par les selles.

Les vitamines se distinguent en différents groupes : les vitamines hydrosolubles, solubles dans l'eau et les vitamines liposolubles, solubles dans les corps gras.
Dans le premier groupe, 9 vitamines : B1, B2, PP, B5, B6, B8, B9, B12 et C.
Dans le deuxième groupe, 4 vitamines : A, D, E  et K.

Les vitamines sont absorbées au niveau de l'intestin grêle par un mécanisme essentiellement passif. Certaines peuvent cependant diffuser de manière active avec l'aide d'une protéine vectrice (comme la vitamine A).

Les vitamines peuvent être stockées à différents endroits dans l'organisme : le foie pour la vitamine A, E, B9, B12, le tissu adipeux et les muscles pour la vitamine D et E.

Les vitamines sont pour la plupart sensiblesà la chaleur, à la lumière et à l'oxydation. En effet, la cuisson détruit près de 50% des vitamines présentes dans les aliments. La cuisson à l'eau est également néfaste, car les vitamines hydrosolubles vont se perdre dans l'eau de cuisson.

 

Importance pour la santé (2)

Les vitamines sont impliquées dans quatre grands types de fonctions :

  • La fonction Co-enzymatique : vitamines : A, B, C, K, PP
  • Le transfert de protons et d'électrons : vitamines : E, B2, K, PP, B5 , C
  • La stabilisation des membranes : vitamine E
  • Une fonction de type hormonal : vitamine D

Au sein de l'organisme les vitamines vont agir pratiquement dans tous les métabolismes cellulaires :
La vitamine A va agir sur la vision (pénombre et couleur), la peau et la différenciation cellulaire
La vitamine D intervient dans l'absorption du calcium au niveau de l'intestin
La vitamine E est un antioxydant
La vitamine C contribue au système immunitaire
La vitamine K participe à la coagulation sanguine

Les carences, à distinguer des déficits d'apport, sont peu nombreuses dans les pays développés comme la France. On parlera de carence si les apports sont insuffisants et ont pour conséquence l'apparition de manifestations cliniques (pathologies carentielles).

Le déficit d'apport, beaucoup plus courant, correspond, quant à lui, à des apports inférieurs à 2/3 des ANC et expose le groupe de population correspondant, à un risque de carence. Si ce déficit devient chronique, la population concernée pourra à court terme présenter des pathologies non carentielles. On distingue quelques groupes à risque comme les enfants et les nourrissons, les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les personnes âgées.

Les maladies induites par cette baisse de concentration en vitamine n'apparaissent que lorsque les réserves de l'organisme sont entièrement épuisées. Ces maladies sont pour la plupart réversibles par rétablissement de la concentration vitaminique à une valeur normale. Les causes de carence sont généralement : les régimes (végétariens, végétaliens, amaigrissants), la grossesse, le jeune âge ou au contraire l'âge avancé, la malabsorption digestive et l'alcoolisme.

 Les vitamines B5, B6 et B8, même absentes de l'organisme, ne provoquent pas de signes cliniques particuliers. Cependant, les autres vitamines en conditions de carence entraînent différents symptômes.

Tableau des symptômes apparaissant lors de carence en vitaminesTableau des symptômes lors de carences en vitamines

Besoins nutritionnels et apports journaliers recommandés (2)

De nombreux produits possèdent sur leurs emballages un étiquetage nutritionnel. Les informations apportées aux consommateurs sont alors : les nutriments contenus dans le produit (lipides, protides, glucides), leurs quantités, les calories associées et les AJR de certains nutriments (vitamines et minéraux notamment). Mais que représentent ces fameux AJR ? Qu'est ce qui les distingue des ANC ? Des besoins ?


Le besoin nutritionnel :

Le besoin nutritionnel concerne un individu en particulier. Les besoins sont donc définis par nutriment et comme des quantités nécessaires à l'individu pour assurer son entretien ainsi que le fonctionnement métabolique et physiologique dans des conditions liées à son activité physique, sa thermorégulation et ses activités complémentaires. Ces besoins sont définis dans une période de la vie comme la grossesse, la croissance ou encore l'allaitement.

 

Les AJR (Apports Journaliers Recommandés) :

Les Apports journaliers Recommandés sont définis comme des valeurs moyennes, règlementaires, uniques, établies pour l'ensemble de la population française. Souvent apposées sur les étiquetages des produits, elles permettent au consommateur de connaître la part de nutriments apportée par le produit, par rapport aux quantités qu'il devrait consommer par jour. Les AJR sont des valeurs uniques pour chaque nutriment, qui ne prennent pas en compte les différences liées à l'âge et au sexe. A titre d'exempl,e l'AJR pour la vitamine C est de 80mg par jour.

Les AJR pour les vitamines peuvent être définis de la manière suivante :

Tableau des AJR pour les vitamines

 

Les ANC (Apports Nutritionnels Conseillés) :

Les Apports Nutritionnels Conseillés se définissent comme des valeurs de références moyennes mesurées à partir d'un groupe d'individu définis selon leur sexe, leur âge ainsi que leur condition physique. L'ANC est un besoin moyen standard. Les ANC permettent de couvrir, avec une marge de sécurité, les besoins de près de 97,5% des individus en bonne santé. A titre d'exemple, l'ANC de la vitamine C pour une femme de 35 ans est de 110 mg par jour alors qu'il est de 90 mg pour un enfant de 7 ans et de 120 mg pour une personne de plus de 75 ans.

Les ANC diffèrent donc des AJR par le fait qu'ils représentent un maximum d'apport pour une population particulière. Il en découle que pour un individu donné l'idéal est de se situer pour chaque vitamine à une valeur comprise entre la valeur du besoin et 1 fois les ANC.

Tableau des ANC pour les vitamines

 

Apports alimentaires et quantités associées (5)

Les vitamines sont des petites molécules indispensables à toutes les réactions chimiques qui se déroulent à chaque instant dans notre corps et qui nous font vivre. Elles ne sont, pour la plupart, pas fabriquées par le corps humain et doivent donc être fournies par l'alimentation.
En général une alimentation saine et équilibrée (fruits, légumes, céréales, viandes,...) suffit à apporter la quantité nécessaire de vitamines. Il peut cependant arriver, pendant certaines périodes (changement du rythme de vie, mauvaise alimentation, fatigue…), qu'un apport externe de vitamines (sous forme de compléments alimentaires) soit nécessaire.

Les aliments contenant des vitamines sont divers et sont aussi bien issus du monde animal que du végétal. On sait par exemple que pour assurer :

  •  les 80 mg de vitamine C : 1 kiwi, 2 oranges ou 100g de poivrons cuits sont efficaces
  •  les 12 mg de vitamine E : 2 à 3 cuillères à soupe d'huile tournesol sont nécessaires.

Cependant, tous les aliments ne possèdent ni les mêmes quantités, ni les mêmes vitamines. C'est pourquoi, il convient de bien se renseigner sur la teneur en vitamine de chacun. La table Ciqual élaborée par l'Afssa (Anses) permet de faire la corrélation entre l'aliment et la quantité en vitamine qu'il contient.

Pourcentage des apports en vitamines

Dans l'optique d'améliorer notre mode d'alimentation, le Ministère de la santé a mis en place avec la participation de tous les Ministères et institutions concernés, un Programme National de Nutrition-santé (PNNS). Ce dernier a pour objectif d'améliorer la santé des Français en corrigeant leurs mauvaises habitudes alimentaires et en privilégiant l'activité physique. Des recommandations et alertes sont données quant à la consommation de plats trop riches en graisses, en sucre ou en sel. La prise quotidienne de 5 fruits et légumes ainsi que la consommation de poissons de deux fois par semaine font également partie des recommandations avec de nombreuses campagnes publicitaires (télévisées, journaux).

Cependant, la réalité est toute autre et réussir à concilier vie active et conseils nutritionnels n'est pas chose évidente. De plus, une étude française a montré qu'avec le niveau des apports caloriques actuels (1800 à 2000 Calories pour les femmes et 2000 à 2200 Calories pour les hommes), il n'était pas possible d'atteindre 80% des apports journaliers recommandés pour la plupart des vitamines (8) . Une étude hollandaise conclue également que la variété seule ne permettrait pas des apports nutritionnels adéquats, et qu'il faudrait en réalité consommer plus de calories pour couvrir les besoins en vitamines et minéraux (9) . Ceci ne peut constituer une recommandation envisageable (risques d'obésité, maladies cardiaques…).

 

Comportement des français sur le plan nutritionnel 


La nutrition est un facteur déterminant de l'état de santé d'une population. C'est pourquoi il est indispensable de connaître son comportement nutritionnel afin d'adapter au mieux les politiques de prévention et d'accompagnement.

Comportement nutritionnel des Français : généralités

Comportement nutritionnel pour les vitamines


Globalement, les enquêtes alimentaires attirent l'attention sur le fait que les apports alimentaires en certaines vitamines ne suffisent pas pour atteindre les apports nutritionnels conseillés (ANC). De nombreux Français se situent 2/3 en deça de ces apports. Même si cela ne préjuge pas d'éventuels états de carences ou de graves déficits, la supplémentation par les compléments alimentaires peut s'avérer utile pour compléter un régime alimentaire qui ne couvrirait pas suffisamment les besoins. Les compléments alimentaires sont définis par la directive 2002/46/CE du Parlement européen, transposée par le décret du 20 mars 2006 comme « des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal, commercialisés sous forme de doses destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité, constituent une source concentrée de nutriments ou d'autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combiné.». Ceux-ci apportent les vitamines et autres substances manquants tout en respectant les limites de sécurité établies pour chaque élément par les organismes d'Etat, en prenant en compte les autres apports nutritionnels (alimentaires et compléments).

 

La supplémentation en vitamines

La supplémentation apporte des réels avantages aux consommateurs, de nombreuses études le prouvent :

Supplémentation en vitamines

 

Conclusion

Il apparaît donc, au vu de ces études, que seule une alimentation variée assure un bon équilibre nutritionnel mais que même cette dernière présente des limites : déficits en certaines vitamines et difficulté à suivre les conseils nutritionnels, ne sont pas des phénomènes rares. Les compléments alimentaires peuvent présenter un intérêt particulier dans la mesure où ils sont consommés d'une manière intelligente et qu'ils ne remplacent pas un traitement médicamenteux quelconque.  

Bibliographie

  • (1) La santé vient en bougeant, la santé vient en mangeant » "PNNS"
  • (2) Les vitamines Données Biochimiques nutritionnelles et cliniques CEIV
  • (3) http://extranet.alliance7.net/IMG/pdf/LECERF-14_05_08.pdf
  • (4) Apports nutritionnels conseillés pour la population 3éme édition Ambroise Martin
  • (5) http://www.afssa.fr/ (Ciqual, informations ANC et AJR, informations vitamines)
  • (6) Le nouveau guide des vitamines Thierry Souccar et Dr Jean Paul Curtay
  • (7) http://extranet.alliance7.net/IMG/pdf/DP_SDCA_101208.pdf
  • (8) Mareschi : Valeur calorique de l'alimentation et couverture des apports nutritionnels conseillés en vitamines de l'homme adulte. Ann Nutr Métabol. 28 : 11-23,1984
  • (9) Hulshof: Is Food Variety Conductive to a more adequate diet? Pays-Bas 1993.